///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
item13
item4
//
Personal work
///
retour
item14
item15
item16
item17
item18
item19
item20
item21
item22
item9
item10
item11
item12
item5
item8
François Schaer
//
Jours Blancs
Casting
Torreros Maya
100 women of London
Assignements
News
Bio
Contact
D'une eau à l'autre

Sous le titre «  d'une eau à l'autre « , François Schaer travaille sur le thème de l’eau en Valais. Des flots tumultueux du barrage de la grande Dixence entraînant les turbines de l’usine de Bieudron à l’eau thermale apaisante des Bains d’Ovronnaz, en passant par les canons à neige des pistes de ski, le photographe appréhende les différentes nuances de l’eau - fluide vivant qui relie les hommes à la nature - afin d’en éclairer les enjeux économiques, politiques, énergétique, sociaux, culturels, touristiques, écologiques…

 

Les barrages jouent un rôle essentiel pour l’homme puisqu’ils pourvoient à ses besoins en énergie dans le respect de l’environnement, tout en garantissant la gestion durable des ressources et en contribuant au développement économique. Impressionné par les « entrailles » labyrinthiques de l’usine de Bieudron - située en contrebas du barrage, en plaine, près de Vétroz -, François Schaer photographie le contraste saisissant entre les imposants tunnels carrelés et immaculés qui mènent aux espaces hautement technologiques, telle la salle de la turbine n°1, et les immenses galeries brutes, aux parois humides, simplement enduites de béton, creusées à même la montagne. La présence de l’eau conditionne celle de l’homme auquel elle sert de ressource dans d’innombrables activités. Lorsque la nature la dispense généreusement, comme en terre valaisanne, elle justifie la réalisation d’ouvrages gigantesques auxquels les travailleurs sont heureux d’être intimement associés. C’est pourquoi le photographe rend ici hommage aux métiers de l’eau et à ceux qui les exercent. Dans l’âpre beauté de la cavité souterraine, les ouvriers photographiés semblent fiers des forces hydrauliques qu’ils maîtrisent, capital infiniment précieux et digne de protection.

 

En contraste avec le monde du travail, les photographies des eaux thermales des Bains d’Ovronnaz traitent des loisirs. Si les images de l’usine - frontales, directes et précises - témoignent d’un souci de stabilité et de rigueur géométrique, celles des Bains prises un jour neigeux sont plus suggérées. La densité vaporeuse née du contraste thermique entre l’air froid et l’eau chaude instaure une ambiance feutrée et onirique tout en conférant une dimension quasi abstraite aux images. Ouatées, celles-ci suggèrent l’état d’esprit des baigneurs détendus qui profitent des bienfaits aquatiques, lors d’un moment suspendu. Le rythme lent, l’atmosphère étouffée appartiennent à une sorte de méditation où émerge la conscience simple de l’abandon. Hymne à la volupté, les silhouettes se perdent parfois dans l’irréel lorsque le blanc immaculé de la neige jouxte les tonalités bleutées du liquide cristallin et que les minces filets qui tombent en cascade affleurent à la surface des images tout en les ciselant.

 

François Schaer aborde également le thème de l’eau sous un aspect inattendu et insolite avec les canons à neige. Si ces derniers évoquent les plaisirs hivernaux, ils suscitent en même temps des débats d’ordre environnemental. Sur les pistes de ski de Vercorin, Montana ou Zinal…, dénuées de présence humaine, ces engins se muent en personnages principaux. Parfois postés au voisinage de vigoureux sapins, leur présence contraste avec la splendeur des paysages montagneux, dans un effet encore accentué par le fort impact visuel de leur signalisation aux teintes vives. Par temps brumeux ou ensoleillé, le photographe répertorie les différents types d’enneigeurs colorés pour interroger notre relation singulière à ces objets utilitaires qui structurent désormais le domaine skiable. Des questions sociologiques, économiques et écologiques fondamentales de notre époque rencontrent là ces productions matérielles et sociétales.

 

A travers ses images, François Schaer s’attache à dépeindre tous les « visages » de l’eau, toute la palette des nuances qu’elle emprunte au fil de ses différents états, liquide, vaporeux ou solide. Il montre ainsi combien cette principale richesse naturelle du Valais capte et emporte dans ses infinies variations les pensées et les rêves des hommes.

Julia Hountou, docteur en Histoire de l'Art, curatrice de la galerie de Crochetan, Monthey

francois.schaer@gmail.com
Les autres stars du football
retour Jours Blancs Casting Torreros Maya 100 women of London Assignements News Bio Contact francois.schaer@gmail.com francois.schaer@gmail.com Les autres stars du football